Tout savoir sur la rosacée


La rosacée, également connue sous le nom de couperose est une maladie de la peau, incurable et qui, aux premiers abords, paraît bégnine. Les caractéristiques de cette maladie sont des rougeurs au niveau du nez, du menton et du front. De plus, de petits vaisseaux sanguins apparaissent près des zones touchées. Mais quelles sont les origines de cette maladie ? Y-a-t-il des traitements efficaces ? Comment vivre avec la rosacée ? Explications.



Les origines de la rosacée

Ce n’est que très récemment que la rosacée s’est trouvé un nom définitif. Autrefois, elle fut appelée « goutte rose » puis, au XIXème siècle, son appellation changea et devint « couperose ». Par la suite, le nom changea à nouveau pour devenir « acné rosée » ou « acné rosacée » et laissa enfin la place au nom que nous connaissons tous : rosacée. Cette appellation fait avant tout référence à la couleur que prend le visage durant la maladie. La rosacée est une maladie particulièrement difficile à vivre, notamment pour les femmes.



La rosacée et les femmes

La rosacée, en France, est une maladie relativement fréquente puisqu’on dénombre entre deux et trois pour cent de la population affecté par cette maladie. Ce qui représente environ un million de personnes concernées. Étrangement, les femmes sont plus touchées par la rosacée que les hommes (2 femmes pour un homme). En règle générale, la rosacée ne débute pas avant trente ans et touche souvent les femmes aux alentours de la ménopause (40/50 ans). La rosacée ne touche généralement pas les enfants ni les personnes de plus de 70 ans et si à 70 ans vous ne l’avez toujours pas eu, vous n’aurez quasiment aucune chance de l’avoir.
Les femmes sont le plus touchées par cette maladie mais son aussi celles qui le vivent le moins bien. En effet, une femme a déjà du mal à se faire à l’idée que la ménopause est là ou approche, de même que pour les premiers signes de vieillesse (rides) alors une maladie qui attaque le visage et qui laisse de vilaines rougeurs un peu comme pour un accès d’alcool, ne peut que faire du mal au moral.

Les différentes formes de rosacée

La rosacée peut avoir trois formes qui se nomment : la forme vasculaire, la forme papulo-pustuleuse et la forme hypertrophique avec son stade ultime : le rhinophyma.

• La forme vasculaire ou couperose



Il s’agit de la forme la plus courante et se caractérise par des rougeurs concentrées au centre du visage en évitant le contour des yeux et de la bouche. Malheureusement, les joues, le nez, le menton et le milieu du front ne sont pas épargnés. Les rougeurs sensibilisent énormément la peau et l’application de cosmétiques, d’eau ou de savon peut rapidement devenir gênante voire impossible. Des bouffées de chaleur et des picotements dans les yeux sont typiques de cette forme de rosacée.

• La forme papulo-pustuleuse

Dans cette forme de rosacée, en plus des rougeurs, peuvent apparaitre des papules et des pustules un peu comme des lésions d’acné. Les papules sont des petites bosses sur la peau, rouges, parfois douloureuses et mesurant entre un et quatre millimètres. Les pustules sont le stade venant après les papules et sont de tailles inférieures.

• La forme hypertrophique

Il s’agit de la forme la plus rare de rosace et ne touche que 5 % des malades atteints de cette maladie. Cette forme se caractérise par un aspect rouge de la peau du visage, un épaississement de la peau et une dilatation des orifices des glandes sébacées des zones touchées. C’est ce que l’on appelle le rhinophyma. Associé aux symptômes listés ci-dessus, des papules et des pustules peuvent aussi apparaître.

rosacée

Conseils et traitement en cas de rosacée

Si vous êtes atteints de rosacée, afin de supporter au mieux cette maladie, voici quelques conseils qui vous seront utiles :

- Protégez-vous du soleil
- Apaisez vos bouffées de chaleur en suçant des glaçons
- Utilisez un maquillage adapté (non gras)

Concernant les traitements, malheureusement il n’en existe aucun permettant de faire disparaître la rosacée cependant certains peuvent atténuer les symptômes. Tout d’abord lavez-vous bien le visage, souvent et hydratez votre peau. Il existe également des traitements médicamenteux mais pour cela vous devrez vous rendre chez votre médecin ou votre dermatologue pour en savoir davantage. Sinon, vous pouvez appliquer sur votre peau, tous les jours, de l’huile de chanvre. Puis il y a un traitement au laser (qui n’est pas remboursé par la Sécurité Sociale) et qui permet de dévasculariser la peau pendant 2 ou 3 ans. Bien que cette méthode soit efficace, elle doit être répétée souvent et est relativement chère.




Traitements contre les verrues plantaires